ENGLISH    |    ESPAÑOL    |    Facebook    Instagram    Linkedin
Slogan
Slogan
Maison de la solidarité internationale

À l’actualité

Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse

Le 17 juin marque la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, date de la signature de la Convention sur la lutte contre la désertification signée en 1994. En partant du fait que les zones désertiques, arides et semi-arides sont celles où se trouvent les écosystèmes et les peuples parmi les plus vulnérables de la planète, cette convention consiste en un engagement de 195 pays afin de lutter contre la désertification en suivant une approche reliant l’environnement et le développement à la gestion durable des terres.

 

Selon l’ONU (2018), le terme désertification désigne « la dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels les activités humaines et les variations climatiques. » On pense souvent que la désertification est la transformation de surface en désert, cependant c’est plutôt une dynamique territoriale liée à la surexploitation et à l’utilisation inappropriée des terres accentuée par la pauvreté et l’instabilité politique.

 

La journée mondiale de lutte contre la désertification permet ainsi d’attirer l’intérêt du public sur ces enjeux qui affectent près d’un milliard de personnes à travers le monde. Il est essentiel que les gouvernements et les acteurs de la société civile travaillent à la recherche de solutions afin de promouvoir un développement durable qui permettra de répondre aux besoins des êtres humains d’aujourd’hui sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Il faut donc réfléchir à notre utilisation des ressources naturelles et travailler à la mise en œuvre de systèmes productifs permettant d’assurer les besoins des populations et la génération de revenus tout en contribuant à la protection des services écosystémiques.

 

C’est pour cette raison que le CRÉDIL travaille avec ses partenaires au Pérou (la Red Ecológica interinstitucional Hatun Sacha) et en Bolivie (PRODECO) afin de mettre en œuvre des mesures permettant de réduire la vulnérabilité des populations aux changements climatiques et de freiner le cercle vicieux de la désertification. Les zones semi-arides de ces pays sont exposées de façon considérable à la désertification, et les changements climatiques passés, présents et à venir risquent d’accentuer cette dynamique. Depuis quelques années, les saisons sèches sont plus longues et les saisons des pluies sont plus courtes, mais intenses. Ainsi, les pluies ne permettent pas à l’eau de bien pénétrer le sol et de recharger la nappe phréatique. Il en résulte une forte érosion et une diminution de la disponibilité de l’eau à des fins agricoles et/ou d’élevage.

 

Afin de réduire la pression sur les écosystèmes et de renverser le cycle de la désertification, les partenaires du CRÉDIL travaillent à mettre en œuvre des systèmes de collecte et d’ensemencement de l’eau. La collecte de l’eau permet de créer des bassins qui sont rechargés lors de la saison des pluies et qui serviront à des fins productives lors de la saison sèche en irriguant les cultures avec des systèmes performants et efficients. L’ensemencement d’eau consiste en la création de bassins de rétention et de fossés de dérivation qui réduisent la vitesse à laquelle l’eau de pluie se déplace vers les grands cours d’eau. Ces systèmes permettent à l’eau de percoler dans le sol de manière plus efficace et contribuent à favoriser la recharge de la nappe phréatique.

 

De plus, les activités des partenaires du CRÉDIL visent à renforcer la capacité des femmes et des hommes des communautés péruviennes et boliviennes à prendre en charge la gestion de leurs ressources naturelles de façon durable. L’appui à des organisations locales de gestion de l’eau permet d’augmenter la participation des femmes aux processus de gouvernance et de développer des outils performants pour assurer la conservation et même l’amélioration des ressources naturelles.

 

À travers ces actions, le CRÉDIL et ses partenaires espèrent renverser le cycle de la désertification tout en contribuant aux efforts d’amélioration des conditions de vie des communautés du Sud global.

 

Guillaume Lamarre

Chargé de programme aux projets et stages internationaux du CRÉDIL